Lieux et situations dans la ville contemporaine / Jean-François Prost / 7-8-9-13 juin 2019

 

Les participant.e.s de la formation interdisciplinaire proposée exploreront la ville contemporaine à travers différentes théories et pratiques spatiales, politiques et sociales. Durant l’atelier, différents enjeux et paradoxes de la ville globale seront abordés tels que :

  • l’uniformisation créée par l’économie néolibérale;
  • l’augmentation des disparités, l’apparition de nouvelles divisions;
  • l’accroissement de la sédentarité malgré la mobilité accrue ainsi que l’hybridité et la diminution de la biodiversité.

Toutefois, malgré ces réalités, l’accélération technologique et l’activité incessante dans la ville, on peut observer une variété d’espace et d’actions artistiques, situationnelles, inventives et inhabituelles qui s’opposent à une urbanité normative vouée essentiellement à la productivité et à l’efficacité. Ainsi, les participant.e.s verront, au cours de trois journées de formation et par le biais de plusieurs études de cas, comment, malgré les pressions d’uniformisation des villes du monde, les collectivités et les individus (en art ou autres disciplines) résistent en préservant ou réinventant leurs habitudes de vie et privilégient une autre manière de vivre ensemble.

Le projet s’adresse aux artistes, auteurs, commissaires ou coordonnateurs de projets artistiques provenant de toutes les disciplines en art qui désirent approfondir leur réflexion sur la ville pour le développement de nouveaux projets.

 

Objectifs

Basé sur l’étude et l’exploration de trois lieux et situations, cette formation sera l’occasion pour les participant.e.s d’accroître leurs connaissances et de développer leur réflexion sur la ville actuelle hybride et en transformation. En observant et en étudiant différents contextes et les réalisations artistiques correspondantes, les participant.e.s sauront mieux choisir un lieu spécifique d’intervention en fonction d’un concept ou vice-versa. L’objectif est de permettre aux participant.e.s de développer un regard critique à propos de différents lieux et situations qui caractérisent les villes d’aujourd’hui. Ils.ellles pourront cerner les enjeux d’un contexte et d’identifier ses difficultés, sa complexité et ses potentialités en vue de la réalisation d’une œuvre artistique qui pourrait prendre différentes formes (texte, performance, intervention urbaine, vidéo, dessins, sculpture…). Ensemble, ils.elles exploreront simultanément la réalité locale d’un lieu et ses aspects macros parfois moins apparents, mais souvent déterminants.

En commentant différentes réalités associées aux pluralités urbaines qu’ils auront observées ou étudiées, les participant.e.s, à titre d’exemple, chercheront à nommer et à révéler dans diverses localités ou situations les formes et lieux d’hétérogénéisation ou, au contraire, d’homogénéisation sociale et culturelle. L’atelier permettra entre autres de distinguer les différences entre des terrains vagues à Montréal, à Miami ou à Sao Paulo qui malgré leurs similitudes apparentes sont souvent très différents pour des raisons politiques, juridiques et légales. En utilisant des médiums variés pour l’exprimer, ils.elles se prononceront sur une situation ou une condition existante ou émergente. Ces réflexions serviront à étudier, reconfigurer, imaginer ou réaliser de nouvelles créations artistiques visant à favoriser de nouvelles formes de relations et réflexions urbaines.

L’atelier proposé puisera dans ses différentes expériences (personnelles et collectives) au cours de différents projets artistiques dans plusieurs villes telles que : interventions sur des toits d’édifices, dans des lieux génériques et historiques, dans la ville souterraine de Montréal, sur des terrains vacants et des campus universitaires et dans des gares, dans des environnements de travail et des espaces surprogrammés ou hyper contrôlés et auprès d’une communauté spécifique.

Une rencontre finale (projection) aura lieu un soir sur un terrain vacant rue Marconi dans le secteur de la Petite Patrie, Montréal quelques jours après la formation.

 

Biographie du formateur

Diplômé en architecture et en design de l’environnement, l’artiste Jean-François Prost s’intéresse aux nouveaux territoires urbains de recherche en marge des zones habituellement investies : qu’il s’agisse de lieux (et situations) négligés, indéterminés ou d’autres surcontrôlés et sans spécificité apparente. Les actions proposées abordent en premier lieu la notion de l’art à titre d’acte de résistance, d’état d’esprit et de dispositif pour énoncer ou échanger des idées. Son travail vient réactiver et promouvoir l’engagement social et défendre la présence de l’art partout en tout temps. Il est le fondateur de la plateforme Adaptive Actions (2007) et cofondateur de l’atelier SYN- (2000).

 

—————————————————————-

Évènement Facebook (À venir)

Coût: 125$ (coût réel de 1 125 $)

Durée: 21 h + soirée de projection

Horaire

  • Vendredi 7 juin 2019 de 10 h à 18 h
  • Samedi 8 juin 2019, de 10 h à 18 h
  • Dimanche 9 juin 2019, de 10 h à 18 h
  • PROJECTION jeudi 13 juin 2019, dès 19 h

Lieu: À confirmer, Montréal.

Nombre de participant-es accepté-es:  12

Sélectionnez parmi les choix suivants:



Pour toutes questions, veuillez nous contacter par courriel à info@raiq.ca ou par téléphone au 514-868-8011.

En collaboration avec :

Avec le soutien de Service-Québec

Image: Walmart fermé, 2005, Saguenay (Jonquière), Québec, photo : Jean-François Prost